Le combat des aigles

Dessin de Samuel Embleton

(Le combat des aigles est le sous-titre de l’ouvrage. Le titre sera dévoilé ultérieurement) – Editions Cabédita – parution vers la mi-mars 2021

Prolégomènes didactiques à l’avant-propos de mon nouveau roman relatant la situation historique initiale afin de mieux saisir les préliminaires du début de l’intrigue au commencement de celle-ci.

semaine 1

Le royaume de Bourgogne est le lointain et vague héritier du royaume des Burgondes, peuple éponyme venu s’installer au bord du lac Léman vers le milieu du Ve siècle. Les plus illustres personnages de cette période sont Gondebaud (mort en 516) et son fils Sigismond (roi de 516 à 523)

À son apogée, ce royaume occupa un espace considérable : il trouvait ses limites, au nord à Langres, au midi jusqu’à Cavaillon. À l’ouest il s’étendait jusqu’à Nevers, et au nord-est jusque sur les bords du lac de Constance. Son existence fut éphémère : de 444 à 534

Sous les Mérovingiens, le royaume conserve son individualité et sa capitale est Chalon-sur-Saône.

Pépin le Bref met fin à cette entité et son fils Charlemagne divise le royaume en comtés (pagi). Le traité de Verdun de 843 déchire l’unité de l’empire carolingien et sépare l’ancien royaume burgonde en Bourgogne franque, à l’ouest de la Saône, et, à l’est de cette même rivière, à la Bourgogne impériale.

La deuxième partie du IXe siècle est marquée par les raids vikings au nord de la France et les attaques sarrasines au sud, favorisant l’autonomie des provinces qui s’établissent en comté féodaux.

Au IXe siècle, la Bourgogne impériale voit naître, en son sein, deux royaumes :

  • le premier, au sud, touchant les rives de la Méditerranée, qui prend le nom de « Basse-Bourgogne» appelé aussi « royaume de Provence » ;
  • le second, appelé « royaume de Haute-Bourgogne», situé à l’origine en Helvétie (en Transjurane, au-delà des monts du Jura), intègre rapidement d’autres domaines, dont les terres du diocèse de Besançon.

Vers 933, sous le règne de Rodolphe II, roi de Bourgogne transjurane, le royaume de Bourgogne et le royaume de Provence s’unissent. Le royaume ainsi formé prend le nom de « Royaume des Deux-Bourgognes », et se place sous la suzeraineté des souverains germaniques. Il fut l’époux de la fameuse et quasi légendaire reine Berthe, dite la Filandière, enterrée à Payerne.

Lui succède son  fils Conrad III Le Pacifique, puis vers 993, le fils de celui-ci : Rodolphe III, sacré dans la cathédrale de Lausanne, comme son père avant lui. Disposant de peu de moyens, sans héritier légitime et sous la pression de l’influence impériale, il abandonne son pouvoir à son neveu, l’empereur germanique Conrad II. En 1032, à l’approche de sa mort, il lui envoie les insignes de son autorité royale : sa couronne et la lance de saint Maurice.

Une coalition menée par Eudes de Blois, neveu de Rodolphe, et les prélats du royaume, déclenche la guerre qui durera deux ans. Conrad le Salique l’emportera et se fera couronner roi de Bourgogne à Payerne.

Le royaume fut démembré et partagé en divers comtés.

150 ans plus tard, l’empereur Frédéric Barberousse, époux de l’héritière du comté de Bourgogne Isabelle, se fera couronner roi de Bourgogne, mais ce titre ne lui survivra pas.